Chers finalistes, préparez-vous pour le grand jour avec nos contenus !

Des items de toutes les options taillés sur mesure pour que vous prépariez mieux vos épreuves

Start learning
Les caractères généraux de l’économie congolaise.
Matériel didactique : Craies de couleur
Objectif opérationnel : A la fin de ce cours, l'élève soit capable d'expliquer les caractères généraux de l'économie congolaise.

Rappel

Indiquez quelques industries de la RDC ?

Rappel

Quelques industries de la RDC

Industrie alimentaire, textiles, chimiques, industrie métallurgique et la mécanique, etc.

Motivation 

La RDC présente quel caractère de l’économie ?

Motivation 

L’économie congolaise présente les caractéristiques d’une économie très vulnérable.

Annonce du sujet 

Qu'allons nous étudier aujourd'hui?

Annonce du sujet 

Aujourd'hui nous allons étudié les caractères généraux de l’économie congolaise.

Analyse 

 

  1. Les caractères généraux de l’économie congolaise

L’économie congolaise présente les caractéristiques d’une économie très vulnérable.

 

  1. Une économie fragile par sa structure
    1. Une économie désarticulée

Les secteurs d’activités congolaises ne sont pas complémentaires entre eux. Ils sont dépendants de ceux de pays développés.

    1. Une économie à la fois dépendante et périphérique

Par rapport aux économies développées du Nord (Europe, Amérique du Nord et le Japon). Cette structure est un héritage de la colonisation, une économie de traite.

La dépendance revêt plusieurs formes.

  • Sur le plan commercial

Le Congo est pourvoyeur des pays industrialisés en matières premières brutes d’origine agricole et minérale et constitue un débouché pour les produits finis et semi-fini, provenant des pays développés capitalistes surtout.

  • Sur le plan financier

Le Congo dépend du capital étranger ;

De nombreuses firmes sont des filiales de multi-nationalisme d’origine américaine.

 

    1. Une économie dualiste

Elle se caractérise par la coexistence de 2 secteurs juxtaposés, traditionnel et moderne, différenciés par la destination de leur production, les techniques et le système utilisés.

Le secteur traditionnel principalement vivrière est orienté vers le marché intérieur, à l’aide de technique rudimentaire, le monde paysan produits des biens destinés à la consommation directeur. Le secteur moderne est extraverti ; il est intégré au commerce international. Il englobe l’extraction minière, les cultures industrielles et l’industrie manufacturière.

 

    1. Une économie peu diversifiée : mono production

Elle est essentiellement dépendante des produits miniers et plus particulièrement du cuivre et du pétrole.

La fragilité de l’économie congolaise est due d’une part à sa structure extravertie, désarticulée, dépendante, dualiste, peu diversifiée et d’autre part du fait que le centre de décision de certains secteurs se trouve à l’étranger.

 

REMEDE

Pour rendre son économie moins vulnérable et plus sociale, par conséquent peu conjoncturelle, le Congo doit transformer la structure de son économie, il doit adopter vis-à-vis de l’étranger une politique d’import substitution en s’industrialisant :

  • Une modification de la structure de l’économie ;
  • Un développement agricole et une industrie industrialisante
  • Un libéralisme économique
    1. Une économie peu dynamique

A travers le temps, la santé de l’appareil économique congolais se dégrade de plus en plus. Cette dégradation s’observe à travers :

  • La variation annuelle du PNB et PIB
  • L’évolution des recettes d’exportation.

 

  1. Une économie de type agricole

La répartition de taux d’activité par Grand secteur économique.

Analyse 

 

  1. Les caractères généraux de l’économie congolaise

L’économie congolaise présente les caractéristiques d’une économie très vulnérable.

 

  1. Une économie fragile par sa structure
    1. Une économie désarticulée

Les secteurs d’activités congolaises ne sont pas complémentaires entre eux. Ils sont dépendants de ceux des pays développés.

    1. Une économie à la fois dépendante et périphérique

Par rapport aux économies développées du Nord (Europe, Amérique du Nord et le Japon). Cette structure est un héritage de la colonisation, une économie de traite.

La dépendance revêt plusieurs formes.

  • Sur le plan commercial

Le Congo est pourvoyeur des pays industrialisés en matières premières brutes d’origine agricole et minérale et constitue un débouché pour les produits finis et semi-fini, provenant des pays développés capitalistes surtout.

  • Sur le plan financier

Le Congo dépend du capital étranger ;

De nombreuses firmes sont des filiales de multi-nationalisme d’origine américaine.

 

    1. Une économie dualiste

Elle se caractérise par la coexistence de 2 secteurs juxtaposés, traditionnel et moderne, différenciés par la destination de leur production, les techniques et le système utilisés.

Le secteur traditionnel principalement vivrière est orienté vers le marché intérieur, à l’aide de technique rudimentaire, le monde paysans produits de biens destinés à la consommation directeur. Le secteur moderne est extraverti ; il est intégré au commerce international. Il englobe l’extraction minière, les cultures industrielles et l’industrie manufacturière.

 

    1. Une économie peu diversifiée : mono production

Elle est essentiellement dépendante des produits miniers et plus particulièrement du cuivre et du pétrole.

La fragilité de l’économie congolaise est due d’une part à sa structure extravertie, désarticulée, dépendante, dualiste, peu diversifiée et d’autre part du fait que le centre de décision de certains secteurs se trouve à l’étranger.

 

REMEDE

Pour rendre son économie moins vulnérable et plus sociale, par conséquent peu conjoncturelle, le Congo doit transformer la structure de son économie, il doit adopter vis-à-vis de l’étranger une politique d’import substitution en s’industrialisant :

  • Une modification de la structure de l’économie ;
  • Un développement agricole et une industrie industrialisante
  • Un libéralisme économique
    1. Une économie peu dynamique

A travers le temps, la santé de l’appareil économique congolais se dégrade de plus en plus. Cette dégradation s’observe à travers :

  • La variation annuelle du PNB et PIB
  • L’évolution des recettes d’exportation

 

  1. Une économie de type agricole

La répartition de taux d’activité par Grand secteur économique.

Comment se fait le secteur traditionnel et moderne ?

Le secteur traditionnel principalement vivrière est orienté vers le marché intérieur, à l’aide de technique rudimentaire, le monde paysan produit de biens destinés à la consommation directeur. Le secteur moderne est extraverti ; il est intégré au commerce international. Il englobe l’extraction minière, les cultures industrielles et l’industrie manufacturière.

cta-shape

Start your learning day today with schoolap